· 

Les tests de personnalité : le Rorschach


Le test du Rorschach

"Qu'est-ce que cela pourrait être ?"

Test du Rorschach, 1ere planche, test de personnalité pratiqué lors d'un bilan psychologique.
La première planche du test du Rorschach

Origines

Le célèbre test de personnalité de type projectif, élaboré par le  suisse Hermann Rorschach en 1917, vient de fêter ses 100 ans.

Rorschach, médecin psychiatre et artiste à ses heures suivait de près le développement de la psychanalyse. Il cherchait à comprendre les capacités créatrices de l'individu et la manière dont elles s'inscrivent dans la dynamique de la personnalité. Il a été pionnier dans l'utilisation de stimuli visuels pour l'étude de la personnalité tout en insistant sur le fait que son test ne permettait pas d'en saisir l'ensemble. L'idée dominante est donc de présenter un matériel particulier à une personne et que cela résonne de manière singulière avec des aspects de sa réalité psychique. Dans son livre "Psychodiagnostic", Rorschach appelait son test "test d'interprétation libre de formes fortuites". Par la suite, ses successeurs ont donné son nom au test.

Hermann Rorschach a élaboré le test de personnalité pratiqué de nos jours encore. Le Rorschach fête ses 100 ans.
Hermann Rorschach 1884-1922

Mode d'emploi :

La passation du Rorschach

Une série de dix planches compose le test du Rorschach. Des tâches d'encre étranges dont les formes symétriques sont pour le plupart monochromatiques (gris-noir) même si quelques planches sont colorées (noir-blanc-rouge et d'autres pastel). Ces variations de tons peuvent mobiliser une réactivité affective différenciée au stimulus sensoriel. Le test peut être utilisé pour participer à l'élaboration d'un diagnostic mais il peut jouer aussi le rôle d'un médiateur dans les premiers temps d'une relation thérapeutique.

 

Après avoir fait connaissance lors d'un entretien clinique, dans une ambiance calme où la neutralité bienveillante est de mise, le clinicien invite le sujet testé à la libre association. Qu'est-ce que cela pourrait être ?  Les planches sont présentées à l'endroit, une à une  et dans un ordre préétabli. Le temps de réponse est chronométré mais aucune limite n'est imposée. Tout ce qui est dit est noté au mot à mot, au silence près afin de relever la façon dont la réponse est construite.

Dans un second temps, de manières plus directive, le clinicien procède à l'enquête dite des limites afin de recueillir les précisions nécessaires à l'analyse, voire des réponses supplémentaires souvent évitées dans le premier temps de la passation. Puis, il demande au sujet de choisir deux planches qui lui plaisent le plus et deux autres qui lui déplaisent le plus. La passation terminée et en l'absence du sujet, le clinicien procède à l'analyse quantitative et qualitative du protocole c'est-à-dire de l'ensemble des réponses données.

L'analyse et l'interprétation du test

Le test du Rorschach est un outil d'évaluation psychologique de type projectif. Il sollicite la sensorialité, l'inconscient et les capacités projectives à travers l'interprétation libre des planches. Il n'y a pas de bonne ni de mauvaise réponse même si certaines réponses sont des indices de l'adaptation de la personne à la réalité objective et de son adhésion à la pensée commune. Les réponses données donneraient des indications sur le fonctionnement psychique et la dynamique de la personnalité (mécanismes de défense privilégiés, thèmes récurrents, types de relations aux objets...). Le Rorschach, associé au test du T.A.T, permet d'investiguer de manière approfondie et holistique le fonctionnement psychique d'un sujet avec ses problématiques principales. Il ne s'agit donc pas de chercher des traces d'un vécu dans la réalité extérieure ni de sonder les profondeurs de l'inconscient mais plutôt de dégager des indices de compréhension sur la manière de fonctionner d'un sujet.

Critiques

En dépit de son utilisation très répandue dans le cadre d'évaluation diagnostique, le test de Rorschach, tout comme celui du T.A.T,  fait l'objet de nombreuses controverses qui portent notamment sur le fait que les recherches psychométriques  échouent à démontrer la validité scientifique du test. En effet, dès les années 1940, certains praticiens ont reproché le manque de rigueur scientifique, qui n'apporte aucune mesure statistique mais repose sur des critères qualitatifs.

Planche  3 du test du Rorschach, test de personnalité dit projectif.
La planche 3 du test