· 

Les tests de personnalité : le T.A.T et le C.A.T


Le test du T.A.T

Le Thematic Apperception Test

"Imaginer une histoire à partir de cette planche"

La planche 1 du test du TAT test de personnalité  renvoie à l'immaturité de l'enfant face à un objet adulte. Le conflit porte sur la frustration occasionnée par l’impossibilité d’user de l’objet de manière immédiate. Psychologue vendargues
La planche 1 du TAT, l'enfant au violon, une photographie du prodigieux violoniste Yehudi Menuhin

Origines du test :

Le T.A.T a été élaboré par l'américain Henry Murray, médecin-biologiste et psychologue, en 1935. Pour Murray, les histoires inventées par le sujet, s’identifiant forcément au personnage principal de la planche, traduisaient son mode de relations réel avec son environnement fami­lial et social.

Par la suite, différentes écoles psychanalytiques françaises ( dont l'école de Vica shentoub) en ont fait une relecture pour distinguer le contenu manifeste des planches de leur contenu latent, repérer les processus de défense et de dégagement à l'œuvre dans la construction du récit. Pour les psychologues se référant à la psychanalyse, la situation projective permet le déploiement de processus psychiques complexes. Le sujet, confronté à un matériel flou et ambigu chargé de contenus latents, connote ses réponses, par un mécanisme de projection, d’éléments relevant de sa vie fantasmatique et incons­ciente.

 

"Nous considérons l'histoire racontée pour chaque image du T.A.T comme une projection, c'est-a-dire l'attribution par le malade de ses sentiments, besoins et tendances à des sujets (ou à des objets) du monde extérieur qui, en l'occurrence, sont les images." (Bellak, 1947).

 

Mode d'emploi :

Le matériel du test

Le test français actuel se compose de dix-sept planches mais le clinicien n'en présente que treize ou quatorze au sujet. Ce sont des images figuratives suggestives en noir et blanc représentant un ou plusieurs personnages.

Certaines planches sont unisexes, d'autres varient selon que le sujet soit un homme ou une femme. La dernière planche est vierge, c' est une "carte blanche" pour le sujet.

 

Pour les enfants de 3 à 8 ans, le principe du TAT est appliqué à travers un autre test nommé CAT (Children Apperception Test) composé de dix planches qui mettent en scène des figures animales anthropomorphiques auxquelles les enfants s'identifient plus facilement.

Le Children apperception test (CAT) est test psychologique projectif  de personnalité pour les enfants qui utilise le principe du TAT mais avec des planches représentant des animaux.
La planche 2 de l'épreuve du CAT pour les enfants

La passation du TAT

Tout comme pour l'épreuve projective du Rorschach, qui lui est souvent associée dans le cadre d'un bilan approfondi, la passation du TAT exige un cadre calme et la neutralité bienveillante du clinicien. Sa neutralité répond à la fois au principe de non jugement et à la prudence clinique qui implique de voir avant de savoir, d'écouter avant d'entendre.

La passation se déroule en une seule séance. Le temps par planche et le temps total sont renseignés. Tout comme au Rorschach, ces caractéristiques temporelles ne sont jamais interprétées en termes d'efficience, elles sont plutôt des indicateurs témoignant de la réactivité du sujet ou de son inhibition.

 

Le clinicien invite le sujet à imaginer une histoire à partir du matériel présenté dans un ordre bien défini. Les récits seront fidèlement retranscrits afin de rester au plus des procédés d'élaboration du discours qui serviront à l'analyse de l'ensemble des histoires appelé protocole. Le clinicien notera tout ce qui accompagne les récits (hésitations, temps de silence, commentaires, questions, comportements non verbaux...).   A la fin du test, il peut être demandé de choisir deux planches préférées et deux autres moins aimées.

Série complète des planches du TAT, test de personnalité pour adultes.
Les planches du TAT

L'analyse et l'interprétation du protocole

Une fois la passation terminée, le clinicien s'attache au dépouillement des réponse et à leur analyse. Le principe de cotation est de dégager l'éventail des procédés défensifs utilisés (rigidité, labilité, évitement du conflit, émergences en processus primaires), leur articulation puis de proposer une analyse de l'organisation défensive et des conduites psychiques sous-jacentes. Il est donc important d'avoir une retranscription précise pour procéder à cette analyse formelle du discours.